RDC : le colonel Mamadou Ndala tué dans une embuscade à Beni


ceci est un artile de la Radio Okapi
Le colonel Mamadou Ndala, commandant de la Brigade Commando URR (Unité de réaction rapide), a été tué ce jeudi 2 janvier dans une embuscade attribué aux rebelles ougandais de l’Adf-Nalu dans le village appelé Ngadi, entre l’aéroport de Mavivi et Beni-ville (Nord-Kivu). Joint au téléphone, le porte-parole du gouvernement, Lambert Mende, a confirmé la nouvelle.

Selon des sources militaires, plusieurs membres du convoi ont également été tués. Pour l’instant, les Casques bleus népalais de la Monusco, arrivés sur les lieux, s’activent à éteindre le feu mis par les assaillants à l’un des véhicules du convoi. Celui-ci aurait perdu plusieurs autres de ses membres dont le nombre reste à déterminer.

Peu avant la confirmation de sa mort, son garde du corps, le caporal Paul Safari, a fait ce témoignage à l’AFP :

« Une roquette est arrivée du côté droit de la route et a atteint notre jeep, surmontée d’une arme lourde. J’ai commencé à tirer jusqu’à terminer toutes mes munitions, mais nos agresseurs avançaient toujours. Quand la roquette a touché la jeep, le colonel était toujours en vie. Quand j’ai fui, je ne l’ai pas vu sortir de la voiture, je ne sais pas s’il est vivant ou pas ».

Le colonel Mamadou Ndala a été au premier plan lors des opérations des Forces armées de la RDC contre le M23. Après avoir délogé les rebelles à Nyiragongo et Rutshuru, des rumeurs avaient annoncé sa relève de Goma pour Kinshasa.

Article de Radio Okapi
Cette rumeur avait suscité en juillet dernier des vives protestations dans les rues de Goma (Nord-Kivu) où des jeunes avaient manifesté pour demander le maintien en fonction de cet officier militaire.

Mamadou Ndala était obligé de démentir cette rumeur en déclarant : « Ce n’est pas vrai, c’est une rumeur. Une manipulation des rebelles qui veulent déstabiliser le moral de la population et des troupes engagées au sol ».

Le colonel Mamadou Ndala menait une autre opération contre des rebelles ougandais de l’Adf-Nalu. L’armée avait déjà réussi à récupérer la localité de Kamango, Kisiki et le pont de Semliki, jadis occupé par des rebelles.

C’est lorsque le convoi des FARDC est arrivé dans le village appelé Ngadi, qu’il a été ciblé par des rebelles qui ont tué le colonel Mamadou Ndala.

Publicités

Mamadou va-t-il oui ou non partir ?


Depuis ce matin, les manifestants se lèvent de partout dans la ville de Goma à l’Est de la République démocratique du Congo.
Apres 5 jours de combats entre les rebelles du M23 et les militaires de l’armée nationale les Forces armées de la République Démocratiques du Congo FARDC à Mutaho à seulement une dizaine de kilomètres de Goma au Nord Kivu, certains motards et quelques couches de la population dont des femmes des militaires s’insurgent contre une quelconque décision des autorités à ramener à kinshasa le colonel Mamadou NDALA : cet officier militaire des FARDC qui dirige les opérations militaire au seins des FARDC.
Depuis quelques jours certaines populations de Kanyaruchinya dont des motards se mobilisent pour manifester leur soutien au Forces armées de la République Démocratique du Congo FARDC en leur aidant à transporter leurs bagages en signe de remerciement pour le travail abattu sur le terrain. Cette population félicite Mamadou pour sa bravoure et son courage sur le terrain dans l’effort de chasser au loin l’ennemie qui est le M23.
D’où vient la rumeur sur un probable renvoie de Mamadou à kinshasa ?
Est –il vrai qu’il va partir alors que certaines populations pensent qu’il fait du bon travail en défendant l’intégrité du territoire congolais en combattant les M23 qui ont pour objectif de reprendre la ville de Goma après les affrontements du 20 Novembre 2012 où ils ont occupés la ville de Goma pendant 10 jours mais qui ont été contraint de quitter Goma pour les pourparler de Kampala.
Et si c’ est vrai que Mamadou doit partir,qui peux le remplacer et faire face aux menaces du M23 et meme gouvernement Rwandais qui a accusé les FARDC D’avoir lancés des bombes au Rwanda, Sachant qu le Rwanda et l’Ouganda sont toujours accusés de soutenir la rebellion du M23?
Est-ce juste une rumeur ou une manipulation politique pour tenter de créer des tensions dans la communauté au Nord Kivu à l’Est de la rdc ?
les jours qui suivent nous aurons plus de details sur cette question.


Goma, tres calme comme si rien ne s’est passé hier,
ce jeudi matin alors que les yeux de toute la communauté internationale sont braqués sur goma suite aux affrontements qui y ont repris depuis lundi entre les rebelles du m23 et les forces armés de la république democratique du congo,aujourd’hui un calm absolu regne sur toute la province du nord kivu, aucun coup de tir, aucune bombe ou autre armement lourd a été entendu aujourd hui,
Alors que ces trois derniers jours la population a vecu dans une panique terrible et horrifiante, pendant que certains habitants quittaient la ville pour aller chercher refige ailleurs ce jeudi matin tout redevient normal, comme s’ il n avait jamais exité de combats entre fardc et m22, tous le monde vaque à ses occupations,
Ban ki moon arrive à Goma, les arteres principales sont bien amenagés, la police de circulation routiere porte des belles uniformes etc,
alors que l espoir pour la paix des congolais à goma est tourné vers Ban KI Moon, le secretaire genaral des Nations unies , l on se demande si les affrontements ne vont pas reprendre demain lorsqu il ne sera plus sur place,
A quand la vrai solution pour un retour à une paix durable?

Goma, calme comme si rien ne s’est passé hier


Les affrontements se poursuivent encore ce mecredi, les obus et armes lourds continuent a se faire entendre, les militaires Fardc auraient metrisé la situation du coté aeroport, les affrontements se sont deplacés vers Mugunga et sake, les militaires m23 empechent les fardc a avoir du renfort,
au quartier Ndosho un obus vient de tomber, selon les temoignages sur place, une personne serait morte sur le champ et plusieurs blessés sont enregistrés, hier dans la soirée, des bombes sont tombés non loin du camp des deplacés de mugunga,
Panique dans la ville, les familles militaires se deplacent deja, et certaines personnes prennent la direction de bukavu

Ville de Goma en danger

Réprise des affrontements entre les rebelles du M23 et les militaires FARDC à seulement quelques kilomètres de Goma


By Passy Mubalama
C’est au environ de 4 heures du matin ce lundi que les affrontements ont repris entre les rebelles du M23 et les FARDC Forces armée de la République Démocratique du Congo. Des tirs et des détonations à armes lourdes ont été entendus par la population. Les rebelles du M23 et les militaires congolais se sont affrontés le lundi 20 mai à Mutaho, à près de 10 Kilométres au Nord de la ville de Goma, capitale provinciale du Nord-Kivu à l’Est de la République démocratique du Congo. Vers 4 heures du matin les rebelles du M 23 auraient attaqué les positions des militaires FARDC.
Ces affrontements sont les premiers depuis le retrait de la rébellion de la ville de Goma en décembre 2012. Les deux camps s’accusent mutuellement d’avoir attaqué en premier.
Très inquiète face à cette situation, la population de Goma ne sait à quel saint se vouer. Crainte d’avoir de vivre le stress de la guerre mais aussi la panique que la ville ne retombe entre les mains des rebelles du M23 comme c’était le cas le 20 novembre date de la prise de la ville parles rebelles du M23. « Nous en gardons un mauvais souvenir. » nous ne voulons pas la guerre.
Après avoir vécu la guerre du 20 Novembre dernier qui s’est soldé par la prise du contrôle de la ville de Goma par les rebelles du M23, la population de Goma ne veux pas revivre cette situation. « Nous ne voulons pas revivre cette situation de guerre. Que les M23 ne reprennent plus le contrôle de la ville de Goma, c’est une triste histoire » laisse entendre Mado, Une jeune étudiante dans une université de Goma
Comme cette étudiante, la plupart des congolais de l’Est veulent à tout pris que la situation reste calme et que les gens vaguent à leurs occupations.
Des questions se posent pourtant quant à la présence de cette brigade d’intervention des Nations Unies qui a un mandat robuste et offensif et dont quelques hommes ont été déployé à Goma il y a quelques semaines.
« Mais que fait cette brigade de l’ONU alors que les M23 sont à la porte de la ville de Goma et foncent tout droit vers Goma, Quel est leur Rôle, qu’est ce qu’ils font exactement ? » Déplorent Serge Moussa un autre jeune de Goma.
Alors que les rebelles du M23 avancent progressivement vers la ville de Goma, les autorités congolaise restent convaincu que les M23 ont violés le cessez le feu qu’ils ont décrété eux même il ya quelques mois. Pour le gouverneur de la province du Nord Kivu, Les M23 veulent montrer à Ban Kimoon que la Brigade d’intervention de l’ONU est faible
« Tout le monde sait que Ban Ki-moon va arriver dans 48 heures en RDC et que pour le M23, la reprise des attaques c’est une façon de le faire douter, de faire douter ses stratégies notamment l’accord-cadre [d’Addis-Abeba] et la résolution [2098 créant la brigade d’intervention de la Monusco», a ajouté Julien Paluku meme si certaines populations émettent des doutes quant à cette brigade d’intervention des Nations Unies.

Pour sa part, le M23 nie avoir attaqué les FARDC. Selon son chef politique, Bertrand Bisimwa, son mouvement voulait déloger les rebelles rwandais des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) de Mutaho.
Entre temps, alors que la situation a semblé se calmer hier soir, ce mardi, des affrontements ont repris vers Muja, Rusayo. La situation sécuritaire reste inquiétante, des coups de tirs sont toujours entendu dans certains quartier de Goma, Ndosho, keshero, kibwe etc .

Quid de la liberté de la presse au Congo


La journée de la liberté de la presse commémorée le 03 mai de chaque année passe dans le calme à Goma au Nord Kivu à l’Est de la RDC. Les journalistes célèbrent cette journée mais elle passe en tout cas dans le froid pour la plupart des journalistes.
Nous avons rencontré quelques journalistes de Goma qui nous disent ce qu’ils pensent de la liberté de la presse en RDC. pour la plupart, la liberté de la presse n’est pas garantie.
« Il n’y a pas de liberté de la presse en RDC, on a toujours peur de dire certaines choses sur les hommes politiques, sur les rebelles par peur de recevoir des menaces, » confirme Constance Simweray une journaliste reporter à IWPR Institute for War and Peace Reporting et travail à la la Radio Télévision Nationale Congolaise RTNC une chaine Nationale.
Certains sujet restent sensible pour beaucoup des journalistes qui ont peur de les aborder « Je ne peux pas par exemple aborder la question sur le mandat des élus du gouvernement provincial qui est à terme, sinon je me crée des ennuies » avoue-t-elle.
Plusieurs facteurs seraient à la base de cette situation, c’est notamment les conflits armés qui caractérisent l’Est de la RDC depuis environ deux décennies. La politique prime sur la liberté des journalistes, les politiciens ne regardent que leurs intérêts. Les journalistes s’interdisent toute pressions en dehors de leurs réactions, mais même quand les radios appartiennent aux politiciens ? Les choses se compliquent davantage.
« Il n’y a pas vraiment de liberté quand on écrit un article ou un reportage. On a toujours peur même si on essaye de rester plus professionnel en équilibrant l’information et même en diversifiant les sources comme l’exige d’ailleurs notre métier. » nous confie Sarah Nsimire. Pour elle parler de questions qui touchent directement le gouvernement reste un sujet sensible;
La sensibilité des sujets, oui toutes les questions restent très sensibles en tout cas en RDC, Finances , minerais , justices, corruption, mais quels genre de sujet doivent aborder les journalistes congolais pour ne pas se sentir en insécurité , faut –il toujours jeté des fleurs aux autorités congolaise au détriment de la population qui a besoin d’une information sur ce qui se passe au pays ?
Pour des nombreux journalistes, le micro les expose, beaucoup des journalistes congolais s’expriment aujourd’hui grâce aux medias sociaux, même si les autorités congolaises ont tendance à suivre les journalistes même sur leurs propre pages.
Malgré les difficultés dans lesquelles travaillent les journalistes congolais, et particulièrement les femmes journalistes , n’oublions pas notre mission qui est de défendre la liberté de l’information et de respecter la vérité et rien que la vérité .

RD CONGO Des enfants de militaires héritent le métier des parents pour survivre


cet article a été d’abord publié par ISP
RD CONGO
Des enfants de militaires héritent le métier des parents pour survivre
Passy Mubalama

GOMA, RD Congo , 3 avr (IPS) – Pour assurer la survie de leurs familles après le décès d’un parent militaire ou policier au Nord-Kivu dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC), les enfants du défunt sont souvent contraints d’exercer le même métier que leur père.

En somme, les enfants héritent aussi le métier d’armes de leurs parents par peur de perdre tous les avantages liés au travail d’un militaire ou d’un policier en RDC, notamment les soins médicaux et les logements qui sont dans un camp militaire.

Les militaires congolais ont un salaire très bas d’environ 80 dollars US et très peu d’entre eux possèdent une petite maison personnelle, et ceux qui ne vivent pas dans un camp sont simplement des locataires.

« Lorsque mon père policier est décédé, on a voulu nous chasser de la maison du camp et nous n’avions nulle part où aller. La seule chose à faire était de trouver une solution pour que la famille ne soit pas dispersée, j’ai donc décidé de devenir policier pour subvenir aux besoins de ma famille », témoigne Pistchen Kalala, devenu policier à 20 ans. « Sinon, on nous chasserait de la maison et on ne bénéficierait plus des soins médicaux gratuits », affirme-t-il à IPS.

Dibwa Ntambwe, 24 ans, est devenu militaire à la suite du décès de son père lorsque sa mère s’est remariée à un autre militaire. Pour éviter des malentendus et pour protéger ses frères et sœurs, il a donc décidé de devenir militaire aussi et conserver les avantages liés à son feu père.

Comme Kakala et Ntambwe, de nombreux enfants de militaires décident d’exercer le métier de leur père parce qu’ils sont choqués par les conditions de vie difficiles de leurs familles après le décès du père.

« Environ 75 pour cent des militaires congolais actuellement en RDC sont des enfants de militaires, et de plus en plus d’enfants de militaires continuent à hériter le travail de leur père », affirme Augustin Lukubushi, un enfant de militaire décédé.

Lukubushi qui cite une estimation des services de communication de l’armée et de la police à Goma, la capitale de la province du Nord-Kivu, est président de la Ligue des enfants des militaires et policiers pour le développement intégré (LEMPODI), une organisation non gouvernementale locale.

« Très souvent, lorsque le père militaire décède, ce sont les enfants qui reçoivent sa solde mensuelle, ce qui les motive à faire ce même travail », déclare Lukubushi à IPS. Il ajoute toutefois que « vivre dans une famille militaire, c’est vivre aussi dans une formation militaire; on grandit dans des conditions de vie difficiles: les enfants sont pré-exposés à intégrer l’armée ».

Parfois, certaines veuves de militaires, pour sauvegarder les intérêts de leurs enfants, poussent aussi, malgré elles, leurs fils ayant plus de 18 ans, à intégrer l’armée ou la police.

« Lorsque mon mari est décédé, on a voulu nous chasser de la maison qu’on occupait car lorsqu’un militaire meurt, on a tendance à oublier sa famille », affirme Sifa Nyota, une veuve de militaire à Goma. « Pour continuer de bénéficier des avantages – soins de santé et logement – nous avons décidé que notre fils aîné travaille à la place de son père et reçoive sa prime car il y a toujours des arrangements dans ce sens. C’est ainsi qu’il est devenu militaire », explique-t-elle à IPS.

Les ONG de défense des droits de l’Homme au Nord-Kivu déplorent cette situation qu’ils qualifient de violation des droits des enfants.

« C’est inacceptable cette situation dans laquelle vivent ces enfants, ils doivent être encadrés et pris en charge par le gouvernement congolais qui doit nécessairement subvenir à leurs besoins et garantir leur sécurité », estime Duffina Tabu, président de l’Association des volontaires du Congo, une ONG locale.

Flavien Ciza, membre de la coordination provinciale de la société civile du Nord-Kivu, déclare aussi que « les conditions de vie précaires, la pauvreté et le chômage dans lesquels vivent ces enfants, et surtout le manque d’encadrement de la part du gouvernement seraient à l’origine de ce phénomène social ».

Selon une étude de 2011 sur la pauvreté en RDC, «70 pour cent des ménages vivent en dessous du seuil de pauvreté avec moins d’un dollar par jour».

A défaut de vivre de la débrouillardise qui caractérise la jeunesse congolaise, de nombreux enfants de militaires héritent, malgré eux, le métier des armes, qui les intéresse moins.

Les conséquences de cette situation sont nombreuses dans l’armée. « Ce phénomène fragilise l’armée congolaise qui envoie sur le terrain des hommes non formés ou sans expérience. Ces jeunes restent dans l’armée par désespoir ou par vengeance, sans conviction personnelle », explique Tabu à IPS.

« Le gouvernement congolais devrait songer à l’éducation de ces enfants et leur assurer une certaine prise en charge pour que leur avenir soit garanti », estime Ciza.

Lukubushi, de la LEMPODI, demande au gouvernement de faciliter le bien-être des enfants de militaires en assurant leur éducation. « Le taux de chômage en RDC et le manque d’encadrement de ces enfants seraient à la base de cet héritage forcé ». (FIN/2013)